Inscrivez-vous à notre newsletter

Homéopathie
Ensemble, continuons à faire ce choix

Pour une santé
globale et plurielle

Déjà
1 316 395
signatures

Homéopathie
la preuve
par les faits
voir les preuves

La dynamisation : une étape essentielle à l’action des médicaments homéopathiques

Nous poursuivons notre voyage au cœur de la recherche scientifique en homéopathie. Aujourd’hui, nous levons le voile sur les principes de base de cette thérapeutique, afin de mieux comprendre de quelle manière sont faits les médicaments homéopathiques. L’équipe de Mon Homéo Mon Choix vous dit tout sur la dynamisation, une étape clé de la fabrication des médicaments homéopathiques qui leur confère leur caractère unique.

 

 

Les médicaments homéopathiques[1] sont fabriqués à partir de substances d’origine végétale, animale, minérale ou chimique, dites « souches ». Ces souches, transformées en teintures mères, subissent ensuite plusieurs étapes de dilutions-dynamisations pour obtenir la solution homéopathique voulue. C’est cette dernière qui sera par exemple imprégnée sur un support neutre (granules) pour devenir le médicament homéopathique.

 

 

La dynamisation, une étape indispensable pour révéler la nature unique de l’homéopathie

Qu’est-ce que la dynamisation ? Il s‘agit d’une puissante agitation mécanisée et standardisée (150 secousses en sept secondes).

La dynamisation est reproduite de manière identique, entre chaque dilution, grâce à un dynamiseur*. Son protocole obéit à des règles définies dans la pharmacopée européenne.

Ce processus de dynamisation est une étape cruciale pour révéler la nature unique et l’activité biologique de l’homéopathie.

 

 

Des preuves scientifiques solides

La dynamisation est indispensable à la nature unique de l’homéopathie et à son action biologique. Ainsi, une solution homéopathique (diluée et dynamisée) présente des propriétés et une activité biologique que n’a pas une solution simplement diluée. De nombreuses études fondamentales de chimie, de physique et de biologie, publiées ces dernières années, le démontrent.

 

1. La dynamisation permet de différencier une solution homéopathique d’une solution simplement diluée ou d’une solution neutre

De nombreux travaux ont été réalisés au sujet de la dynamisation depuis 2015. En laboratoire, des chercheurs comme le Dr Jean-Louis Demangeat, ancien chef de service de la médecine nucléaire à l’hôpital de Haguenau, ont su montrer les propriétés physiques uniques des solutions dynamisées.

Dans l’étude la plus récente, datée de 2020, les chercheurs de l’équipe de Stéphan Baumgartner, Docteur en physique exerçant à l’Université de Bern en Suisse, ont montré que les solutions homéopathiques présentaient des différences en fonction de l’intensité des dynamisations qui étaient effectuées.

 

2. La dynamisation est essentielle à l’activité biologique des solutions homéopathiques

Les effets de la dynamisation ont également été démontrés sur la germination des graines de blé ! En 2017, l’équipe de Lucietta Betti constatait, grâce à la technique de DEM (Droplet Evaporation Method)*, que les solutions homéopathiques diluées et dynamisées avaient un impact plus fort sur la germination des graines de blé que les solutions non dynamisées.

 

 

L’homéopathie n’est pas juste une histoire de dilutions : la dynamisation, moins connue de tous, est un élément essentiel à l’action des médicaments homéopathiques.

Parce que l’homéopathie agit, c’est la science qui le dit !

 

 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter cet article sur le site « L’Homéopathie, la preuve par les faits » de Mon Homéo Mon Choix.

 

 

 

 


Lexique :


Droplet Evaporation Method : Méthode scientifique qui repose sur le phénomène par lequel les particules en suspension dans les fluides s’auto-organisent pour former des nanostructures et des microstructures.

Dynamiseur : appareil spécifique qui garantit la reproductibilité de la fréquence, de la durée et de l’amplitude des agitations.

Teinture mère : Une teinture mère est issue d’une souche (végétale, animale, minérale ou chimique) qui est en quelque sorte la matière première qui sera utilisée pour fabriquer les médicaments homéopathiques. En ce qui concerne certaines souches végétales par exemple, il s’agit d’une solution hydro-alcoolique (eau/alcool) fabriquée à partir de plantes fraîches.

 

[1] European Pharmacopoeia, 10th edition, Homoeopathic preparations, 04/2017:1038