Inscrivez-vous à notre newsletter

Homéopathie
Ensemble, continuons à faire ce choix

Pour une santé
globale et plurielle

Déjà
1 316 395
signatures

Homéopathie
la preuve
par les faits
voir les preuves

Pourquoi l’article du British Medical Journal expliquant que « les effets de l’homéopathie sont surestimés » est infondé

Une récente étude publiée dans le British Medical Journal a donné lieu à plusieurs articles de presse mettant en avant que « les bienfaits de l’homéopathie étaient surestimés ». On vous explique en quoi les arguments avancés dans cette publication sont erronés.

 

 

 

L’article du British Medical Journal (BMJ) met en évidence un problème bien connu affectant absolument tous les domaines de la recherche médicale : le « biais de notification ».

 

Qu’est-ce que le biais de notification ? Le « biais de notification » peut conduire à fausser les estimations de l’efficacité d’un traitement médical, le plus souvent en surestimant son efficacité.

 

Parmi les biais de notifications, citons par exemple le « biais de publication », c’est-à-dire que toutes les études ne sont pas publiées. Les études positives étant plus susceptibles d’être publiées que les études négatives.

 

Le biais de notification n’est pas un phénomène limité à l’homéopathie, loin de là. Les précautions à prendre sur les études concernant l’homéopathie sont les mêmes que pour la recherche en médecine conventionnelle. En effet, il est indiqué dans l’article du BMJ que 33% des études en médecine conventionnelle ne sont pas publiées au bout de 5 ans. Un pourcentage de non publication similaire au résultat en homéopathie (38%). D’autres articles précisent même qu’il y a moins d’études non publiées en homéopathie que dans les autres domaines de recherche.

 

Un parti pris visant à décrédibiliser l’homéopathie

 

En choisissant de faire un focus spécifique sur l’homéopathie sans présenter de comparaisons avec d’autres domaines, cet article tend à mettre en avant une mauvaise pratique en matière de recherche en homéopathie. La conclusion vers laquelle les auteurs induisent le lecteur est que les traitements en homéopathie ont des bienfaits surestimés car les études publiées sont issues d’une sélection d’études positives. Il tord ainsi la réalité afin de décrédibiliser l’homéopathie.

 

Le biais de publication des études est donc un problème qui concerne la recherche dans son ensemble. Il n’y a donc pas plus de précaution à avoir sur les bénéfices cliniques publiés en homéopathie que pour la recherche conventionnelle.

 

Pour aller plus loin :

HRI :

https://www.hri-research.org/2022/03/homeopathy-research-institute-hri-comment-on-bmj-article-assessing-reporting-bias-in-trials-of-homeopathy/

ECHAMP:

https://echamp.eu/news-and-events/press-room/press-releases/echamp-comment-prejudice-against-homeopathy-research?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=Does+Homeopathy+Research+Suck%3F