Inscrivez-vous à notre newsletter

Homéopathie
Ensemble, continuons à faire ce choix

Pour une santé
globale et plurielle

Déjà
1 316 395
signatures

Homéopathie
la preuve
par les faits
voir les preuves

C’est la rentrée ! L’homéopathie peut vous aider dans la gestion du stress et de l’anxiété avant la reprise

La rentrée des classes, le début ou la reprise des études supérieures, le retour au travail après la période des vacances, un déménagement, toutes ces situations peuvent être sources de stress ou d’anxiété.

 

Cette année, s’ajoute le stress lié aux circonstances sanitaires, le passe obligatoire avec le sentiment d’exclusion ou d’injustice pour certains, la vaccination, le télétravail etc…

 

Selon ses peurs, ses croyances, son histoire familiale, des événements marquants plus ou moins récents, l’ambiance au travail et à l’école, ou encore l’environnement, nous allons tous réagir différemment.

Des changements de classe, d’école, de poste, de collègues seront des facteurs aggravants. Chacun va exprimer son stress à sa façon selon tous ces facteurs.

 

Cela pourra se traduire par de l’anxiété, de la peur, de la panique, des angoisses, de la tristesse, du chagrin, de la colère… Toutes ces émotions ont des manifestations physiques : agitation, maux de ventre, palpitations, oppression, crampes, maux de tête, insomnies, vertiges, sueurs, diarrhées, tremblements etc… Il ne s’agit pas de les traiter de manière isolée, pris symptôme par symptôme.

 

L’homéopathe va vous aider à vivre au mieux cette période. Le médecin s’attache en effet à analyser tous ces facteurs et l’ensemble des symptômes physiques et psychiques, pour trouver le bon médicament. Il s’intéresse à la façon dont la personne vit son stress pour mieux en atténuer les effets.

 

Ainsi, l’homéopathe va vous prescrire un médicament différent selon l’expression du stress :

  • S’il s’agit de la peur qui se manifeste par un sentiment de panique avec angoisse et agitation, ou par des tremblements, anxiété d’anticipation qui paralyse (le trac), ou par des diarrhées et des brûlures digestives, alors ce sera un médicament plus spécifique, que celui d’une peur qui se prolonge avec la réminiscence d’un évènement traumatisant.

 

  • S’il s’agit d’un chagrin dû à la perte de ses camarades de classe ou collègues à la suite d’un déménagement, changement d’école, de travail ou du télétravail. On peut observer différentes façons de l’exprimer correspondant à différents médicaments.
    Soit la personne reste silencieuse avec impossibilité de pleurer et sensation d’une boule dans la gorge. Soit elle s’exprime par des pleurs incessants qui sont apaisés par une présence bienveillante. Si le patient vit une longue période de rupture et d’isolement avec épuisement, comme nos étudiants loin de chez eux en période de confinement, ce sera un médicament spécifique qui pourra les aider à s’en remettre.

 

  • S’il s’agit d’une colère, le médicament sera différent si cette colère s’exprime et entraîne des spasmes dans l’abdomen ou si cette colère est refoulée avec un sentiment d’injustice.

 

  • S’il s’agit d’un état dépressif, ici aussi l’homéopathe aura le choix entre plusieurs médicaments selon la façon dont la personne exprime sa tristesse. Si elle s’isole ou recherche de la compagnie, si elle a des symptômes physiques particuliers, des troubles du sommeil ou encore un manque d’appétit.

 

 

Ces traitements homéopathiques ne dispensent néanmoins pas d’un « travail » psychologique pour comprendre la souffrance que ces émotions expriment. Ils permettent de mieux gérer son stress et son anxiété au quotidien.