Inscrivez-vous à notre newsletter

Homéopathie
Ensemble, continuons
à faire ce choix

Pour une santé
globale et plurielle

Déjà
1 314 838
signatures

L’homéopathie, une thérapeutique adaptée à l’élevage

L’homéopathie apparaît, aujourd’hui, comme une médecine de choix aussi bien dans le milieu familial que dans le milieu vétérinaire, où le souhait de réduire la consommation de médicaments conventionnels est omniprésent. Désormais nombre d’éleveurs privilégient la médecine complémentaire, parfois associée à la médecine conventionnelle.

Crédit photo : @josepcurto

 

L’éleveur, médiateur entre l’animal et le vétérinaire.

Les médecines complémentaires reposent sur le principe selon lequel le patient serait le plus à même d’expliquer ses symptômes et son ressenti face à la maladie ou la douleur. Dans le cadre des soins vétérinaires, la place de l’éleveur est centrale dans l’élaboration d’un protocole. En effet, en élevage, les clés de la réussite lors de l’utilisation de l’homéopathie, résident dans l’observation et la connaissance des animaux. L’éleveur doit repérer les symptômes de l’animal qui ressortent par rapport au reste du troupeau.

 

L’homéopathie : une thérapeutique efficace et adaptée à l’élevage.

L’homéopathie est une approche thérapeutique qui trouve son intérêt dans l’élevage d’animaux car la prise d’un traitement n’empêche pas la consommation des aliments issus de l’animal. En clair, la viande d’un animal soigné à l’homéopathie est consommable. De plus, la prise d’un traitement homéopathique ne présente aucun danger pour l’environnement du troupeau (pollution de l’eau ou du foin).

Toutefois, si l’éleveur est le référent dans l’usage de ces médicaments, il ne peut s’improviser homéopathe : seul un vétérinaire homéopathe est habilité à faire une prescription.

 

Des solutions pour gagner en productivité et en qualité.

Les médecines complémentaires viennent ainsi parfaitement compléter des mesures qui visent à améliorer la qualité de vie des animaux comme la ventilation des étables, l’installation de brumisateurs en salle de traite ou encore la modification du fourrage. Autant d’actions qui, combinées avec un suivi par un vétérinaire homéopathe, agissent sur la qualité de vie des animaux et préviennent certaines pathologies.

Pour que ces solutions se révèlent efficaces, elles doivent être mises en place sur le long terme et faire l’objet d’un suivi méticuleux de la part de l’éleveur.